Santé

NOTE Le calendrier vaccinal de votre chaton british shorthair ou longhair vous a été donné par mes soins lors de son départ de notre chatterie.

Les parasites externes

Les parasites externes du chat sont cutanés, acariens, insectes comme les puces, elles se nourrissent du sang de l’animal. La puce est responsable des démangeaisons. Ces parasites transmettent parfois le ténia (anneaux blanchâtres sur les selles de votre british shorthair).

Il est impératif de traiter le chat contre les puces avec un insecticide, comprimé ou pulvérisateur à prendre chez le vétérinaire de votre british shorthair.

Les parasites internes

L’intestin du chaton british shorthair peut contenir des hôtes indésirables, comme l’ascaris. Ces vers longs de plusieurs centimètres sont parfois rejetés dans les selles après la prise d’un vermifuge pour chat. Il est donc important de faire suivre votre chat british shorthair par un vétérinaire.

FeLV

La leucose féline, principale cause de décès chez le chat british ou autre race. Un virus qui inhibe le système immunitaire et entraîne divers types de maladies chroniques. Ce virus est présent dans la salive, l’urine il se transmet très facilement par contact. Cependant, le chat peut être infecté sans présenter de symptômes comme fièvre, perte d’appétit, anémie, hypertrophie ganglionnaire dans le cou et abdomen.

FIV

Immunodéficience féline virale affaiblit les défenses immunitaires du chat british ou autre race. La FIV est similaire au VIH humain et entraîne des infections comme celle du SIDA. Les symptômes sont hypertrophie ganglionnaire, fièvre, perte de poids, lésions dans la gueule et sur les gencives.

Informations communiquées par le centre Fregis

Groupe sanguin

Il existe plusieurs groupes sanguins chez le chat british shorthair et des anticorps naturels pouvant être à l’origine d’accidents transfusionnels. Le groupe A est le plus répandu.

En cas d’allaitement, une incompatibilité entre le groupe de la mère et celui du chaton peut être responsable d’une grave hémolyse néonatale.

Ce phénomène apparaît essentiellement chez des chatons de groupe A lorsque la mère est de groupe B. Lors de l’allaitement, les anticorps anti-A contenus dans le colostrum de la mère passent dans la circulation sanguine du chaton de groupe A et détruisent ses globules rouges.

L’hémophilie de type B chez le chat est une affection due à un déficit en un facteur de coagulation 

L’isoérythrolyse

L’érythrolyse néonatale est une forme d’anémie hémolytique due à une incompatibilité immunitaire entre le groupe sanguin du chaton et celui de sa mère.

Si une chatte de groupe B est croisée avec un mâle de groupe A (génotype A/A, A/B ou A/AB), des chatons pourront être de groupe A ou AB.

La chatte de groupe B possède (le plus souvent) des anticorps naturels contre les globules rouges de groupe A (anticorps anti-A). Comme tous les anticorps, ils passent du sang maternel dans le colostrum. (photo 1)

Lors de l’allaitement, les anticorps du colostrum sont ingérés par le chaton, ils traversent son tube digestif et se retrouve dans son sang. Si le chaton est de groupe sanguin A (ou AB), les anticorps maternels « anti-A » vont détruire brutalement les globules rouges du chaton. On parle d’hémolyse (ou d’érythrolyse).

Il n’a jamais été obervé d’érythrolyse néonatale chez des mères de groupe A ayant des chatons de groupe B ou AB.

Dans une portée, tous les chatons n’étant pas obligatoirement du même groupe, ils ne seront pas tous concernés.

Une maladie due à une incompatibilité entre les groupes sanguins de la mère et d’un ou plusieurs chatons
Une évolution parfois foudroyante et sans signe clinique
L’isoérythrolyse rentre dans le cadre du syndrome de dépérissement du chaton british nouveau-né
Le pronostic est souvent très sombre
La prévention passe par le dépistage des groupes sanguins des parents (et des chatons)
Une prédisposition existe dans les races qui possèdent de nombreux chats de groupe sanguin B

CMH

Les myocardiopathies hypertrophiques (CMH) peuvent atteindre des chats de tout âge : de quelques mois à plus de 15 ans. Toutes les races sont concernées, y compris le « chat de gouttière » (chat européen)

La myocardiopathie hypertrophique féline (CMH) n’est pas une maladie mais un syndrome qui se caractérise par un épaississement anormal des parois du cœur.

PIF

La péritonite infectieuse féline est une maladie virale du chat. Elle est contagieuse.
Les symptômes sont très peu spécifiques et on distingue classiquement des formes « humides » et des formes « sèches ». Elles peuvent évoluer de façon isolée, coexister ou se succéder
Le diagnostic de certitude peut être très délicat et l’interprétation des tests sérologiques ou des PCR doit être prudente et raisonnée.

Les signes cliniques de la péritonite infectieuse féline sont très polymorphes
La PIF concerne plus particulièrement deux types de populations : jeunes chats (de 3 mois à 3 ans) et chats âgés (10 à 14 ans). Les chats atteints sont pratiquement toujours issus d’un effectif important (chatteries, refuges, élevages,…). L’incubation de la maladie va de quelques jours à plusieurs mois. Elle débute généralement par des signes peu spécifiques : fièvre, perte d’appétit, dégradation de l’état général, amaigrissement, muqueuses plus pâles ou ictériques, …

Dans les formes humides, des épanchements apparaissent au niveau de l’abdomen ou du thorax (pleurésie). Lorsqu’il existe, l’épanchement abdominal est l’expression d’une inflammation du péritoine (d’où le nom de la maladie). Il présente le plus souvent un aspect jaune paille visqueux assez évocateur. L’épanchement pleural est responsable de troubles respiratoires.

Dans les formes sèches on peut trouver des atteintes oculaires (iridocyclite) mais aussi des atteintes granulomateuses pulmonaires, rénales, hépatiques, nerveuses, ganglionnaires ou intestinales.

Calculs de la vessie (Urolithiase, lithiase urinaire vésicale)

Quels sont les symptômes lors de calculs de la vessie chez le chat ?
Les signes d’appels fréquents lors de calculs vésicaux sont : des difficultés à uriner, une fréquence des mictions augmentée, malpropreté urinaire, et la présence de sang dans les urines. Les calculs urinaires peuvent également constituer une découverte fortuite lors de la réalisation d’examens complémentaires (tels que des radiographies ou une échographie abdominales).

Le chat peut aussi se retrouver dans l’impossibilité d’uriner avec des calculs ou du sable venant boucher l’entrée du pénis. C’est une situation d’urgence absolue pour soulager l’animal.

PKD

La polykystose rénale ou PKD en anglais pour Polykystic Kidney Disease, est une maladie qui touche plusieurs races de chats dont le Persan, l’Exotic Shorthair et le British Shorthair. … Aussi la date d’apparition des symptômes d’insuffisance rénale peut être très variable, allant en moyenne de 2 à 10 ans.

Typhus

La leucopénie infectieuse est une maladie mortelle du chat. Virale et très contagieuse se transmet par l’air, contact… Cette maladie affecte le tractus intestinal et la moelle. Les symptômes sont diarrhée, vomissements, déshydratation et fièvre.

Coryza FCV 

Calicivirose félin. Une pneumopathie inflammatoire du chat. Une infection mortelle virale, une sorte de grippe ou rhume, des éternuements, des écoulements nasal et oculaire avec de la fièvre, avec ulcère sur la langue ou dans la gorge.